Nintendo, bientôt du free-to-play ?






L’industrie du jeu vidéo s’intéresse de plus en plus au free-to-play.

Nintendo

Satoru Itawa, le numéro un de Nintendo, ne dirait pas non à ce modèle économique …

Volte-face

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. C’est le moins qu’on puisse dire devant ce que vient de déclarer Satoru Iwata au journal économique Nikkei.

Si en 2011, le numéro un de Nintendo s’est dit catégoriquement contre le fait de proposer gratuitement ses jeux, il a semble-t-il changé d’avis

Dans les colonnes du journal, Satoru Iwata a indiqué que l’éditeur se doit de s’adapter à l’évolution du marché des jeux vidéo où la distribution peut maintenant se faire de manière dématérialisée. C’est ainsi qu’il explique son virement de bord à propos du free-to-play.

Avec ce modèle, les moyens de gagner de l’argent se diversifient grâce au micropaiement

Toutefois, le PDG de Nintendo a tenu à relativiser ses propos en signifiant que les titres bien installés de l’éditeur ne seront pas concernés par le free-to-play. C’est le cas notamment de l’emblématique Mario. Ce sont les nouveaux jeux qui ne disposent pas encore d’une grande communauté de fans qui seront peut-être proposés gratuitement.

Dans le cas où le free to play n’est pas adapté, il y a toujours le cheap-to-play ou jouer pour pas cher

Quoi qu’il en soit, Satoru Iwata entend toujours proposer les packs de contenus additionnels pour que les joueurs puissent tester de nouvelles fonctionnalités ou tout simplement continuer de jouer.

L’avenir ?

Le free-to-play marque une évolution de l’industrie des jeux vidéo de ces dernières années. Comme son nom l’indique, ce modèle se distingue par sa gratuité.

Avec le modèle économique traditionnel le joueur achète le jeu avant d’y jouer. Avec le F2P qui nécessite une connexion Internet par contre, le joueur achète du contenu au fur et à mesure qu’il joue. Les achats qui se font à travers une boutique virtuelle permettent d’avancer plus facilement dans le jeu. Au départ, ce modèle a été fait pour les titres MMORPG où il y a plusieurs joueurs, dont le plus célèbre est sans aucun doute World of Warcraft.

Seulement, l’idée de jouer gratuitement a fait chemin et les développeurs l’ont étendue à d’autres genres de jeux plus communs comme les jeux de course ou de combat. Ainsi, depuis quelques années, les gros éditeurs ont commencé à consacrer d’énorme somme d’argent pour du free-to-play. C’est le cas notamment d’Electronic Arts ou encore d’Ubisoft.

Par ailleurs, c’est le réseau social Facebook qui a contribué au succès des free-to-play à travers les jeux sociaux qu’il propose.

On peut notamment citer l’application FarmVille du désormais célèbre développeurs Zynga

A coup de micropaiements, ce modèle économique permet au final de rapporter gros tout en séduisant petit à petit les joueurs. Ainsi, pour les start-up, le free-to-play est un moyen de fidéliser intelligemment les utilisateurs à l’aide d’une expérience de jeu évolutif et des contenus supplémentaires pertinents. Toutefois, le défi est mettre un place un produit qui doit être constamment mis à jour pour ne pas lasser rapidement. Une étude a en effet montré que 70% des joueurs laissent souvent tomber après une journée …

 




Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.