Celent analyse le paiement mobile au Japon






CelentSelon le cabinet d’analyse Celent, l’industrie du paiement mobile offre une opportunité pour les banques et les émetteurs de cartes de capitaliser sur la technologie mobile.

T Point s’améliore

Malgré la présence de solutions de paiement mobile, les Japonais font généralement leurs paiements en magasin en liquide ou à l’aide de coupon ou récompenses.

Le rapport du cabinet Celent intitulé Retail Payments in Japan – a Land of Contrasts and Opportunity estime que le passage progressif du e-commerce vers les réseaux mobiles est en train de contraindre les banques à épouser les programmes de fidélités populaires qui peuvent être utilisés aussi bien en ligne que sur mobile.

C’est ainsi qu’en juin, la Shinsei Bank a conclu un accord avec le Culture Convenience Club pour proposer des produits et des services financiers aux utilisateurs T Point.

Le T Point géré par le CCC est le plus grand programme de fidélité du Japon

Le réseau s’est d’ailleurs allié récemment avec Yahoo! Japon et compte 46 millions de membres actifs.

Selon les termes de l’accord, la Shinsei Bank et le CCC offrent aux utilisateurs détenteurs de cartes de crédit un crédit commercial, un crédit automobile et le règlement du loyer. La banque prévoit également d’explorer d’autres options comme l’ajout de fonctions de carte de crédit aux cartes T Point.

Les opportunités

Pour Celent, ce deal illustre les opportunités qui s’ouvrent aux banques et aux émetteurs de cartes avec la technologie mobile.

La pénétration du smartphone au Japon est aujourd’hui près de 40% avec l’iPhone qui domine les débats

Le cabinet avance qu’il serait intéressant de développer une application mobile qui permettrait aux clients de gérer la totalité de leurs cartes.

Il suggère ensuite que des services de transfert d’argent basés sur carte, des services de TPE mobile et des programmes de coupons et de récompenses pourraient être intéressants.

Enfin, Celent pense qu’il faut investir massivement dans les solutions mobiles dans les prochaines années.

Quoi qu’il en soit, comme la moitié des transactions se font encore en liquide, le cabinet estime que le déploiement de cartes pour le paiement mobile nécessitera d’importants investissements en terme de partenariats, d’éducation des consommateurs, de technologies et d’infrastructures.




Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.