Comment le public utilise les applications mobiles ?






Localytics a analysé le comportement des consommateurs sur 60 millions d’appareils mobiles à travers 10 000 applications mobiles.

Localytics

Le taux de rétention

Depuis la sortie de l’iPhone en 2007, des milliers de développeurs ont proposé des applications pour les appareils mobiles allant des jeux aux outils de partage de photos. Ainsi, on a compté en juin 2012 30 milliards de téléchargements sur l’App Store où l’on dénombre plus de 650 000 applications.

La boutique Google Play n’est pas en reste avec 15 milliards de téléchargements depuis une sélection de 500 000 applications.

Devant un tel écosystème, il peut être difficile pour un développeur de se faire remarquer

Ce n’est donc pas un hasard si beaucoup investissent d’énormes sommes d’argent dans des stratégies marketing agressives pour que leurs applications finissent sur les smartphones et les tablettes des utilisateurs.

Seulement, pour Raj Aggarwal, directeur général de Localytics qui a mené l’étude, la réussite d’une application se mesure aussi par son taux de rétention. Il faut savoir que dans le modèle freemium adopté par plusieurs développeurs, l’idée est de faire en sorte que les utilisateurs effectuent des achats in-app.

Ainsi, le comportement des consommateurs à travers 10 000 applications a été analysé. Il s’agit d’utilisateurs de smartphones et de tablettes qui ont téléchargé une application en juillet 2011. La société a comptabilisé le nombre de fois qu’ils ont ouvert le programme sur une période de neuf mois se terminant en mars 2012. Il en est ressorti que 31% des sondés ont ouvert leurs applications au moins 11 fois. Même si on enregistre une hausse de 26% en un an, la tâche reste ardue pour les développeurs car 69% n’ont ouvert leurs applications que 10 fois ou moins.

Par ailleurs, Localytics a remarqué que les utilisateurs d’appareils sous iOS sont plus fidèles que les utilisateurs d’Android. Environ 35% des premiers ont ouvert leurs applications 11 fois et plus contre 23% chez les seconds.

 




Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.