Les perspectives de la mobile money selon les pays






Paiement mobile Afrique

Lorsqu’on parle de mobile money, les solutions mPesa et GCash font office de modèle et d’inspiration pour toute l’industrie.

Il existe en effet des initiatives de paiement mobile à travers le monde qui sont en train de générer des progrès significatifs dans certaines régions.

 

Pour être couronnées de succès, il est clair que les solutions doivent composer avec la dynamique des pays dans lesquels elles sont lancées. Dans ce sens il est possible de classer les pays en trois : émergents, en développement et développés.

Pays émergents

Dans cette catégorie de pays, la pénétration des banques est de l’ordre de 10 à 20% tandis que la pénétration des téléphones mobiles atteint 90%. Par ailleurs, le niveau des infrastructures est très faible, ce qui signifie qu’il n’y a pas de réseau de distribution sophistiqué avec très peu de terminaux de paiement couplé à une très faible pénétration de la carte avec une moyenne située entre 5 et 8%.

Voilà pourquoi la mobile money peut contribuer au développement économique et social dans les pays émergents. Elle peut réellement jouer un rôle dans l’inclusion financière et l’élimination de la pauvreté. C’est ainsi que les solutions mobiles ont plus de possibilité de devenir un instrument de paiement courant dans ces pays comparés à d’autres. Les solutions se concentrent pour le moment sur le transfert d’argent et le paiement de masse.

Pays en développement

Cette catégorie de pays affiche en moyenne une pénétration des banques de 30 à 40% et un pénétration des téléphones mobiles de l’ordre de 90 à 100%. Au niveau des infrastructures, il y a une différence entre les zones urbaines et les zones rurales. Dans les grandes agglomérations, les réseaux sont plus développés. Toutefois, la pénétration de la carte est encore faible avec une moyenne de 10 à 20%. Si la population est relativement technophile, l’intégration de la banque avec le portefeuille mobile est déterminant.

Les solutions proposées sont surtout le paiement des marchands, le paiement des salaires, les transferts de fonds internationaux et l’intégration de carte prépayée

Pays développés

Contrairement aux précédentes catégories, ces pays ont une bonne pénétration des banques, des smartphones et les marchands disposent d’infrastructures avancées. Si la situation peut paraître plus simple dans ces pays, elle s’est rendue plus compliquée par la présence trop d’acteurs et de partenariat associée à un manque de consolidation et d’accord.

Le portefeuille mobile ne peut donc pas être l’instrument de paiement principal. Il joue surtout un rôle alternative pour fournir une couche de sécurité supplémentaire à un compte bancaire. Toutefois, les acteurs du secteur espère beaucoup de l’intégration de la technologie NFC qui permet aux clients de payer avec leur téléphones portables chez les commerçants.




Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.