Quand Instagram a voulu vendre les photos de ses utilisateurs …






Instagram

Instagram a annoncé des changements dans ses conditions d’utilisation prévoyant en quelques mots la revente des photos des utilisateurs.

Mais devant la colère et la menace d’une grande partie des membres de se désinscrire, le réseau social a fait volte-face.

 

 

Banque d’images

Instagram a provoqué le tollé de ses utilisateurs en publiant une mise à jour de ses conditions d’utilisation. En effet, à compter du 16 janvier, le réseau social s’est octroyé un droit de vente sur les photos qui sont publiées à travers la plateforme et ce, sans en aviser les auteurs.

« Vous acceptez qu’une entreprise ou toute autre entité puisse nous payer pour afficher (…) vos photos en lien avec des contenus publicitaires ou sponsorisés, sans que cela vous donne droit à une compensation », a fait savoir l’application dans un communiqué.

Concrètement, avec ces nouveaux règlements, Instagram entend vendre les photos appartenant aux membres du réseau à des fins publicitaire.

Ainsi, l’application devient une banque d’images alimentée par les personnes inscrites. Ces dernières ne pourront donc pas s’opposer à cet usage commercial sans contrepartie.

Pour rappel, Instagram, rachetée quelque mois plus tôt par Facebook, est une application qui permet de prendre et partager des photos après les avoir retouchées. Elle compte à ce jour plus de 100 millions d’utilisateurs. Quelques jours avant l’annonce, la vice-présidente du marketing du numéro un des réseaux sociaux Carolyn Everson a indiqué à Business Insider que la firme de Pato Alto recherchait le meilleur moyen de monétiser la plateforme.

Marche arrière

Le communiqué d’Instagram a provoqué une tollé dans la communauté des utilisateurs. Nombreux ont même menacé de supprimer leur compte à partir de janvier. Le magazine National Geographic, connu pour ses très belles photos de la nature, a de son côté annoncé la suspension de son compte.

Les membres du réseau déplorent massivement le fait que leurs photos soient utilisées à des fins publicitaires. Dans la foulée, plusieurs articles expliquant comment retirer ses photos sur Instagram et comme se désinscrire sont apparues sur Internet.

Devant la colère des utilisateurs, la start-up se devait de réagir et c’est ce qu’elle a fait en annonçant la modification des nouvelles conditions d’utilisation. C’est le PDG Kevin Systrom qui s’y est collé à travers un billet de blog. Il a précisé que la société n’entend pas vendre les photos des membres. Il a expliqué que l’idée est de tester de nouvelles formes de publicité comme le fait de suivre des marques sur le réseau.

Kevin Systrom a ajouté que la formulation va être modifiée pour qu’elle soit plus claire.

Ce bad buzz ne va pas arranger la situation d’Instagram qui accuse une baisse de 11% de son trafic depuis qu’elle a été interdite sur Twitter. Il faut savoir que le challenger de Facebook était aussi dans la course à l’acquisition de la start-up avant que la société de Mark Zuckerberg ne le coiffe sur le poteau en avril dernier. Flickr, l’un des principaux concurrents d’Instagram, a profité de la situation en publiant sur son site : « vos photos vous appartiennent toujours ».

 




Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.