Electronic Arts va adopter le micropaiement pour ses futures productions






Après un début pas très apprécié dans le micropaiement avec Dead Space 3, Electronic Arts reste confiant et a décidé d’adopter ce système additionnel de rentabilité pour tous ces futurs jeux.Fifa, jeu en ligne signé Electronic arts

Le concept est simple et n’enlève en rien l’intérêt de jouer normalement avec les versions standard.

Il en ressort quand même des avantages indéniables qui rendent plus riche l’expérience utilisateur des gamers parmi lesquels certains sont prêts à dépenser une petite fortune pour une vie en plus, des armes plus performantes, des niveaux plus palpitants et bien d’autres privilèges… payants.

 

Des débuts qui laissent perplexe

C’est le directeur financier d’Electronic Arts, Blake Jorgensen qui a affirmé l’intention devenue projet obligatoire de l’entreprise à intégrer systématiquement le micropaiement dans tous ses jeux.

Il a même souligné que les consommateurs ont apprécié et assimilé cette pratique lors de son lancement dans Dead Space 3. Mais la réalité corrige un peu l’enseigne, car tous les commentaires rédigés à ce sujet se sont tous avérés négatifs. Et cela ne concerne pas qu’EA, car tous les gamers ne cachent pas leurs humeurs sur internet à propos de tout le système de micro-transaction.

Ils ont effectivement la sensation d’acheter un jeu incomplet lorsqu’ils acquièrent les versions de base auxquelles ils devront ajouter du contenu ou des parcours payants

Ce concept fonctionne certes très bien dans les applications de jeu sur mobile, mais les éditeurs dans ce canal ont trouvé la parade : donner des niveaux gratuits pour séduire et laisser les joueurs se décider pour acheter les autres niveaux. Dans les jeux vidéo pourtant, les utilisateurs devront débourser plus, car outre le CD, ils doivent encore repayer pour enrichir leur parcours.

Un projet aux enjeux sensibles

A priori, Electronic Arts ne se laisse pas décourager par les propos négatifs, car l’éditeur a aussi constaté des avis prometteurs

Pour Dead Space 3 en effet, il a pris soin de ne pas léser les gamers qui effectuent un parcours normal en gardant les aspects addictifs, amusants et les équipements et fonctionnalités déjà tant appréciés par les consommateurs. Il n’a encore proposé le micropaiement qu’en tant qu’option pour ceux qui veulent pimenter leur aventure.

Une idée qu’EA a même répétée dans ses autres productions dont Tiger Woods, Mass Effects 3, need for Speed et Fifa Ultimate.

À ce niveau, les consommateurs ne réagissent pas trop, mais qu’en est-il pour la micro-transaction systématique ? Une question qui n’a pas sans doute échappé à cette enseigne vu sa volonté à avancer dans ce domaine. Cette fois-ci, elle entend intégrer le système en interne et non plus par sous-traitance chez des opérateurs de paiement. Elle a confié la tâche à Taneja Rajat, « chief technology officer » qui va développer un système de micro-transaction propre à Electronic Arts, à l’interne.

Une pratique devenue monnaie courante

On ne cachera jamais assez le potentiel que présente le micropaiement aux éditeurs. C’est effectivement une source complémentaire de rentabilité aux CD

Une réalité qui explique sans doute les intentions d’Electronic Arts, mais également d’autres éditeurs comme Namco avec Tekken Card Tournament ou encore Konami avec Contra désormais disponible sur l’Appstore chinois.

Quoi qu’il en soit, on attend des solutions face aux propos négatifs de la part d’EA. Les gamers apprécient déjà le fait que dans Dead Space 3, les meilleures armes ne sont pas les payantes, mais celles qui sont disponibles à partir d’un franchissement de niveau dans la version normale.

 




Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.