Commerce mobile : une bonne semence en Afrique ?






Sur internet,il est démontré que le commerce mobile connait une grande réussite en Afrique, mais la réalité sur le terrain est tout autre.

Le commerce mobile s'installe en Afrique

Le succès d’un seul pays ne doit pas constituer une généralité pour tout un continent.

Un décollage difficile

Le paiement mobile n’est pas encore entré dans les mœurs. Les restaurants magasins et grandes surfaces continuent de  fonctionner avec le paiement en espèce en Afrique Subsaharienne.

Le succès important de M-Pesa au Kenya ne fait pas de l’Afrique toute entière un continent qui a réellement adopté le M-commerce.

Le secteur est véritablement en chantier malgré toute la publicité qui est faite autour. Certes, dans certains pays comme le Nigeria, l’Uganda et le Ghana la mayonnaise commence à prendre mais le projet reste encore à l’état embryonnaire.

Le paiement en espèce y règne en maître.

Le Kenya un pays pilote

Si on s’en tient aux dires de Prateek Shrivastava, Directeur Général de Emerging Markets à Monitise, le Kenya doit son succès à la forte demande de transfert d’argent entre particuliers qui s’explique par l’importance du flux migratoire et par la place qu’occupe Safaricom, le leader de la téléphonie cellulaire au Kenya.

Pour qu’un pays africain décolle dans le marché du M commerce et du Paiement mobile, il faut que ces conditions soient remplies impérativement.

Un terrain favorable

L’Afrique Subsaharienne remplit les critères pour développer le M-commerce :

  • Le commerce informel, dans lequel les opérations financières se font en espèce, est le plus rependu. Si on considère les risques engendrés par ce secteur (par exemple les femmes qui sont souvent victimes d’agression et de vol) et l’accès limité aux services financiers en général, le M-commerce devrait connaitre un développement dans ces régions.
  • Les Africains n’ont tous pas accès à un ordinateur et à l’internet, mais pour la majorité, chacun possède au moins un téléphone portable. Ce seul avantage devrait être suffisant pour promouvoir le M-commerce et les paiements mobiles qui ne nécessitent pas d’échange de billets de banque.
  • Ce système permettrait aux agriculteurs, hommes d’affaires et entrepreneurs africains de booster leurs activités à moindre coût.

Bénéfice

Le M-commerce est en fort développement à la fois dans les pays émergents et les  pays développés. Il donne la possibilité d’étendre son marché en brisant les barrières géographiques.

Les commerçants africains pour la plupart sont ambulants, certains sont obligés d’attendre le jour du marché pour vendre.

Le M-commerce va engendrer des avantages tels que :

  • Diminution des risques d’agression liée à la détention de billets de banque
  • Bénéfique aux ruraux et aux citadins
  • Création de services en ligne pour faciliter les achats et accroitre la consommation
  • Opportunités de travail
  • Extension du commerce à l’échelle continentale et mondiale.

Faut-il croire en l’avenir ?

Le futur du M commerce en Afrique est déjà en ligne de mire. L’Afrique du sud sera probablement le prochain pays à décoller. Certains pays comme le Kenya et le Nigéria ont des structures de transfert d’argent de qualité qui les mettent sur les rangs du décollage.

On prévoit déjà d’autres types de paiement en ligne qui fonctionneront avec un lecteur de carte. La question est de savoir qui va organiser le secteur : les banques, les opérateurs télécoms, ou d’autres entreprises.

En conclusion, le paiement mobile met du temps à s’installer durablement en Afrique, mais son potentiel laisse à penser qu’il va connaître un avenir  radieux.

 




Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.