Paiement mobile : un grand fossé entre l’innovation et l’adoption






Paiement mobile

Payer avec son mobile. Voilà une bien belle phrase qui revient de plus en plus dans les articles spécialisées.

Force est cependant de constater que le public est encore à majorité réticent à faire confiance aux solutions proposées.

 

Les innovations pleuvent

Le champs de possibilités qu’offre les nouvelles technologies mobiles est immense, le paiement est sans aucun doute le domaine qui intéresse le plus les ingénieurs et les techniciens.

Les innovations se multiplient à vitesse grand V, chacun essayant de trouver le meilleur moyen de transformer le téléphone portable en moyen de paiement.

Ce ne sont pas les systèmes qui manquent

Entre la communication en champ proche (NFC), le QR code ou encore le lecteur carte, les consommateurs ont le choix entre diverses solutions qui veulent toutes simplifier leur quotidien.

Pour fournir le meilleur système de paiement mobile, les sociétés ne lésinent pas sur les ressources et investissent massivement dans la recherche et le développement. Il faut dire que les résultats sont souvent bluffants dans le commerce de proximité. L’image d’un monde où le téléphone portable sert de portefeuille n’est peut-être plus très loin lorsqu’on voit par exemple les projets mis en place auprès des magasins Auchan et Casino. Seulement, pour que cela soit réellement effectif, il ne faut pas négliger le déploiement.

Opération séduction

Une solution peut être facile utilisée et sécuritaire mais encore faut-il qu’elle convainc les utilisateurs.

C’est le cas notamment de Google Wallet qui peine à séduire aux Etats-Unis. Depuis son lancement en septembre 2011, la solution de la firme de Moutain View connaît des débuts plutôt laborieux.

Pour les fournisseurs de solutions, le but est de séduire les utilisateurs sur deux fronts : d’un les vendeurs et de l’autre les acheteurs.

Accepter un nouveau de paiement n’est pas toujours chose facile pour les commerçants. En effet, dans la plupart des cas, ces derniers doivent renouveler leurs équipements d’encaissement, un processus qui prend du temps pour que l’adoption atteigne rapidement une masse critique. En effet, les commerçants se posent plusieurs questions avant de faire l’effort d’accepter une nouvelle solution, des question que les fournisseurs doivent essayer de satisfaire.

Celle-ci contribue-t-elle à augmenter leurs ventes et le nombre de leurs clients ? Qu’en est-il des fonctionnalités de fidélisation et de communication ?

Du côté des acheteurs, l’adoption d’une solution de paiement dépend d’encore plus de choses. Il y a tout d’abord le taux d’équipement en smartphone. Là il n’y pas de problème car en France par exemple, plus de la moitié de la population en possède déjà. La difficulté pour les fournisseurs c’est de créer de la valeur qui séduise réellement les usagers. Il y a aussi l’éternelle question de la sécurité et de la protection de la vie privée.

Le défi pour les fournisseur est d’assurer un déploiement simultané auprès de ces deux types de clients. Il est donc nécessaire de trouver le bon équilibre car il existe une interdépendance entre les deux parties. Pour que les commerçants utilisent un nouveau paiement, il faut qu’il soit utilisé par le maximum de consommateurs. Il en est de même pour ces derniers.

 




Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.