L’Afrique emprunte un autre chemin pour la technologie connectée






Avancée technologique en Afrique Malgré ses infrastructures de télécommunications fixes encore insuffisantes, la révolution numérique avance à grands pas en Afrique.

Les Africains entrent effectivement dans l’ère du mobile grâce au développement de l’internet sur le territoire et avec l’arrivée des smartphones.

Une situation encouragée en grande partie par la Chine, grand fournisseur numérique du pays.

Un développement pas comme les autres

La plupart des pays développés ont dû débourser des sommes faramineuses avant d’accéder à l’internet fixe, puis mobile. Et l’Afrique a désormais sauté une grande marche dans le domaine.

Alors que les Africains en périphérie des grandes villes découvrent Internet sur leur téléphone mobile. De leur coté, les citadins peuvent se connecter sur leur ordinateur portable à l’aide de clés 3G proposées à bon prix par les fournisseurs chinois.

La révolution numérique et mobile est en plein essor sur le Continent

Il compte aujourd’hui des millions de connectés alors que l’internet par câble ne couvre encore que quelques grandes villes.  Et d’ici 2016, il est prévu des taux de pénétration de la 3G et la 4G pouvant aller jusqu’à 46 %.

Une révolution inégale

C’est le Kenya qui aura le privilège d’introduire en 2014 la connexion 4G en Afrique. Malgré le retard pris, cette opération kényane sera pourtant effective.

Selon la Commission des communications du pays, 99 % des Kenyans abonnés à Internet surfent via leur mobile

Ce taux est cependant ramené à 60 % au Nigéria et au Zimbabwe, selon la GSMA – l’association mondiale des opérateurs mobiles. Des chiffres remarquables, sachant que l’abonnement à l’internet mobile ne représente que 10% au niveau mondial.

En plus de la 3G et la 4G, les Africains portent un intérêt grandissant aux services et applications mobiles, comme le m-paiement (transfert et règlement de facture) et les achats en ligne.

 

 




Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.