Biométrie : l’avenir de la sécurité dans le micropaiement mobile ?






Empreinte digitale

Avec l’explosion de l’utilisation du smartphone, le nombre de paiements effectués à partir de ces appareils ont augmenté de manière significative ces dernières années.

Comme l’E-commerce devient progressivement le M-commerce, l’industrie doit se focaliser désormais sur la sécurisation des opérations.

 

L’utilisateur est la clé

La plupart des portefeuilles mobiles proposés actuellement sur le marché lient le Smartphone à une carte de crédit

Pourtant, le numéro de compte personnel, la date d’expiration et le code de validation de la carte ne semblent plus suffire pour garantir la sécurisation de la transaction.

La biométrie peut alors apporter un taux supérieur de sécurité et une expérience utilisateur plus intuitive dans le micropaiement mobile

Pour Jean-Noel Georges, directeur de programme chez Frost & Sullivan, le moment est venu pour la technologie biométrique d’émerger comme une solution sécurisée pour les applications mobiles qui requièrent un niveau élevé de sécurité, en particulier le paiement. Dans cette optique, il a ajouté que la biométrie a déjà fait ses preuves.

Au cours de la dernière décennie, de nombreux projets biométriques ont vu le jour dans le but de permettre l’identification de l’utilisateur sur les appareils mobiles. On peut notamment citer le projet européen MOBIO (Mobile Biometry). Utilisant les technologies existantes sur les smartphones et les tablettes, des solutions comme la reconnaissance vocale et faciale ont été mises en place.

Micropaiement mobile

Au-delà des problèmes de sécurité, une solution de micropaiement mobile doit être simple et intuitive pour espérer connaître le succès

C’est ce qui a poussé Natural Security à développer un point de vente biométrique basé sur un système de reconnaissance d’empreintes digitales. Il s’agit d’un mécanisme de paiement pratiquement sans effort qui ne nécessite ni PIN code ni carte et qui offre aux clients une expérience intéressante. Il faut savoir en effet que si le PIN code suffit pour l’instant de sécuriser un appareil, 60% des utilisateurs ne l’ont pas utilisé en 2011 révèle Jean-Noel Georges.

En somme, tout porte à croire que se souvenir du PIN code pourrait bientôt appartenir au passé

Avec la biométrie, l’utilisateur est l’unique clé pour avoir accès à l’appareil, aux applications et aux paiements. Quoi qu’il en soit, même si les technologies sont prêtes, le coût et la complexité de leur intégration dans les dispositifs constituent encore un énorme défis à relever. De plus, il faudra encore convaincre l’utilisateur final. Ce dernier aura besoin de temps pour accepter cette nouvelle façon d’interagir avec son appareil.

 




Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.