Sur Android, 1 appli sur 4 est un cheval de Troie ou un virus






Android est exposé aux virusCe chiffre mis à nu par la protection informatique plonge  dans la frayeur les possesseurs de Smartphones qui utilisent Google comme système d’exploitation.

Selon la société allemande de sécurité Kobil, c’est sur Android, le système d’exploitation de Google que les créateurs de virus répandent leurs produits. On peut en trouver dans une application sur quatre.

Cette publication faite par une société de sécurité vise évidemment la promotion de ses produits comme Symantec, Kaspersky, Avast, etc. destinés à combattre le piratage des données personnelles.

Des SMS surtaxés diffusés à l’insu

La cybercriminalité existe bel et bien sur Smartphone, cela est illustré par plusieurs méfaits comme l’envoi de SMS surtaxés via un virus créé par un jeune homme de 20 ans. Ce dernier a réussi à infecter 17 000 téléphones portables dont il a escroqué les propriétaires en piratant leurs coordonnées personnelles puis en débitant leurs comptes sans qu’ils ne le sachent.

Il existe également des virus difficiles à maîtriser tels qu’Android-Opfake qui change d’apparence dès qu’il est téléchargé. Il se dissimule dans des applications gratuites diffusées sur des boutiques non officielles.

Les antivirus sont-ils nécessaires ?

Pour la société Kobil, l’antivirus n’est pas fiable ; c’est pourquoi elle propose un système de « coffre-fort » qui obstruerait l’accès des virus aux données des applications installées sur le téléphone.

La bataille de Kobil contre le piratage informatique vise à sécuriser les opérations bancaires via téléphones portables qui prennent de l’ampleur. C’est le gage d’une fidélisation des consommateurs vis-à-vis du nouveau système de paiement.

 




Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.